Les syndicats SSM et syndicom exigent d’aller maintenant de l’avant avec l’aide aux médias en ligne

Pas d’obstacles artificiels pour le paquet global aux médias

Les experts consultés ont confirmé devant la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national (CCT-N) que la base constitutionnelle pour la promotion des médias en ligne est en place. Dès lors, plus rien ne s’opposait à l’adoption du paquet global pour les médias. Or la majorité bourgeoise de la CCT-N reporte à nouveau sa décision sur le paquet global. Le retard politique de l’aide aux médias arrive précisément à un moment où les médias auraient particulièrement besoin de soutien en raison de la crise du coronavirus. Ne pas agir maintenant en termes de politique des médias, c’est accepter que de nombreux médias en ligne ne verront plus le projet de loi entrer en vigueur.

La situation économique de nombreux médias en ligne indépendants qui n’appartiennent pas à un grand groupe médiatique est très précaire. Leur survie est particulièrement importante au vu de la diversité médiatique, car ils garantissent une certaine diversité des médias, des offres et des opinions dans de nombreuses régions et cantons. Si les médias en ligne indépendants dépérissent, c’est un pas de plus vers l’appauvrissement de la diversité médiatique en Suisse. L’aide aux médias doit précisément l’empêcher pour permettre à la population de se forger une opinion démocratique équilibrée.

L’exclusion des médias en ligne privilégierait les médias imprimés de manière unilatérale
Une aide aux médias unilatérale, qui ne tient compte que des médias imprimés, représenterait une inégalité de traitement entraînant une distorsion de la concurrence au détriment des médias en ligne. Les syndicats ont toujours été favorables à une aide indirecte à la presse et aux médias en ligne, qui doit toutefois davantage tenir compte du jeune public et des nouvelles formes d’utilisation. Le service public médiatique doit s’adresser à l’ensemble de la population.

Le lien entre le paquet aux médias et la stratégie en ligne de la SSR ne profite qu’aux éditeurs
La discussion sur la stratégie en ligne de la SSR doit être dissociée de la conception de la promotion médiatique. Quiconque établit un tel lien se met unilatéralement au service des éditeurs, qui ont la SSR dans leur viseur. Les développements de ces dernières années montrent de plus en plus une situation d’oligopole. Dans de nombreuses régions, cette évolution s’accompagne par une perte progressive de la diversité des médias. L’aide aux médias doit précisément l’empêcher.

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Chercher