Egalité des salaires à la SSR

Les résultats sont bons mais l’égalité n’est pas atteinte

Dans le cadre du programme de la Confédération intitulé «Dialogue sur l’égalité des salaires», le SSM et la SSR ont convenu de mener une analyse statistique détaillée des salaires. Le résultat global pour toute l’entreprise montre que les femmes gagnent, à qualifications égales et pour des postes comparables, 3,2% de moins que les hommes.

Un résultat sous le seuil de tolérance mais qui exige des mesures

Il existe donc une inégalité salariale inexpliquée liée au sexe, en défaveur des femmes. Celle-ci se situe en-dessous du seuil de tolérance de 5% fixé par la Confédération. Ce seuil de tolérance n’a aucun fondement mathématique. Il s’agit d’un compromis dont le but est d’amener les employeurs à participer au „dialogue sur l’égalité des salaires“. C’est pourquoi le SSM attend de la SSR, en tant qu’entreprise de service public, qu’elle porte le taux d’inégalité salariale au-dessous de ce seuil par des mesures actives.

Une analyse des salaires étendue

Les négociations entre la SSR et le SSM ont permis d’élargir l’analyse. Celle-ci a été menée non seulement sur l’entreprise dans son ensemble, mais aussi par unité d’entreprise (UE). Elle a également permis de vérifier si, à qualifications semblables, les femmes atteignaient les mêmes fonctions et avaient des chances de carrière semblables à celles des hommes.

Les résultats communs

L’analyse montre qu’à qualification et formation égale, les femmes sont généralement sous-représentées dans les postes les mieux payés ayant un niveau d’exigences élevé. Ce résultat est valable pour toutes les régions. La part des femmes dans tous les niveaux d’encadrement est insuffisante.

Autre résultat intéressant : la fluctuation du personnel influence plus fortement l’égalité salariale que les mesures salariales annuelles. Des mesures ciblées devraient donc être consacrées à l’égalité salariale lors de l’engagement.

Mesures contre les inégalités dans les UE

Avec 3,7%, le résultat de la RTS est meilleur que celui de la Suisse alémanique. Toutefois il n’est pas bon au point d’ignorer cette discrimination salariale inexpliquée à l’encontre des femmes. La Direction de la RTS doit analyser les causes de cette inégalité et des mesures concrètes doivent être prises, afin qu’un travail de valeur égale donne droit à un salaire égal.

Et la suite ?

Le SSM demande que le dialogue sur l’égalité salariale ne s’arrête pas là, mais que des mesures concrètes soient rapidement mises en œuvre pour que dans toutes les UE, les différences de salaire inexpliquées entre femmes et hommes disparaissent. Le SSM est disposé à jouer son rôle de partenaire social dans la recherche de solutions, afin de mettre en œuvre des mesures débouchant sur une réelle égalité entre hommes et femmes à tous les niveaux de la SSR, conformément à l’article 38 et au préambule CCT.

Que signifie ce résultat pour le syndicat SSM et pour la SSR? La Communication d’entreprise a interrogé Claudine Traber, du secrétariat égalité SSM, et Marco Derighetti, directeur Opérations SSR: article (pdf)

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Publications

Edito
 Magazine des médias

Chercher