NON net à No Billag, soutien clair à l’audiovisuel de service public

Le Syndicat suisse des mass media SSM a pris connaissance avec soulagement et satisfaction du verdict des urnes. Après des mois de vives controverses et de discussions parfois difficiles pour le personnel concerné, le peuple suisse a fait le choix de la sagesse et a manifesté son soutien à l’audiovisuel de service public financé par la redevance et indépendant de sources commerciales de financement. Les votants ont ainsi montré leur attachement à l’audiovisuel de service public et au principe de solidarité.

Pour le SSM, qui a combattu de toutes ses forces l’initiative No Billag, le maintien des quelque 13 000 places de travail assuré par ce verdict populaire est un important succès. Dans le débat très vif qui a précédé le vote, il a rarement été question des milliers de professionnel·le·s des médias de toute la branche audiovisuelle, du secteur de la musique et de la culture ainsi que des fournisseurs indirectement touchés.  
Voilà pourquoi il faut aujourd’hui remercier le personnel des radios et TV financées par la redevance pour avoir, dans un contexte très difficile, continué d’assurer, jour après jour, un travail de qualité pour offrir à la population suisse un service professionnel et des émissions de grande valeur.

Le rejet clair et net de No Billag doit en premier lieu amener la SSR à veiller à ce que le personnel puisse, grâce à des conditions de travail équitables, continuer de fournir un service public de qualité dans toutes les régions du pays. Ce résultat est en quelque sorte un mandat imparti à la SSR d’offrir un journalisme de haut niveau et de rester une entreprise essentielle pour la formation dans les métiers de l’audiovisuel. La SSR doit avoir pour objectif de produire des programmes appréciés par un public large et de regagner les jeunes générations.

Les réformes annoncées par la SSR ne doivent donc pas être un plan de démantèlement mais renforcer le paysage audiovisuel et sa capacité de résistance aux crises. Le SSM soutiendra le personnel de la SSR dans l’exercice de ses droits. Il demande dès aujourd’hui que les idées et propositions des collaboratrices et collaborateurs sur les réformes soient examinées avec la plus grande attention.

Le rejet de No Billag est une étape essentielle dans le débat actuel sur la politique des médias. Il ne faut en effet pas oublier que le paysage médiatique suisse est sous pression et qu’il est indispensable de prendre des mesures pour garantir la pérennité du pluralisme et de la liberté des médias, tâche qui incombe au Parlement et au Conseil fédéral.

Pour plus d’informations:
Ruedi Bruderer, président SSM (allemand, italien & romanche)
ruedi.bruderer[a]bluewin.ch, +41 79 254 47 26

Jérôme Hayoz, secrétaire central SSM (allemand & français)
jerome.hayoz[a]ssm-site.ch, +41 79 344 25 89

 

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Publications

Impulsions
 Magazine des médias

Chercher