Note de protestation relative à l’issue de la procédure de consultation

 

à l’attention du directeur Roger de Weck et le président du Conseil d’administration SRG SSR, les membres du Conseil d’administration et les membres du Comité de direction SRG SSR

Le SSM prend acte du fait que la procédure de consultation n’a donné lieu à aucune réduction notable des suppressions de postes annoncées et exprime son incompréhension la plus totale à cet égard. Alors que plus de 400 propositions ont été faites par le personnel, il paraît presque incroyable qu’il ne soit pas possible d’apporter un correctif substantiel au plan de suppression de postes. Le SSM a le sentiment que les décisions étaient prises avant la procédure de consultation et que celle-ci n’a été menée que parce qu’elle est prescrite par la loi et n’a donc été qu’un simple alibi. Les propositions de réduction des effectifs dans les UE qui avaient filtré précédemment et dont nous avons connaissance depuis septembre déjà, propositions qu’il est désormais prévu de réaliser telles quelles, ne font que confirmer cette impression.

Comme en témoignent les nombreuses réactions à l’Infointerne SSR, le personnel a le sentiment d’avoir été trompé. Comment la SSR peut-elle évoquer d’une part des « propositions extrêmement constructives » et d’autre part annoncer dans le même temps sa volonté de réaliser les suppressions de postes selon ses plans initiaux ? Le personnel et le syndicat n’ont pas fait des propositions d’économies pour que la SSR les traite « par-dessus la jambe ». Ils ont voulu au contraire, par cet engagement, contribuer à sauver des emplois.

A l’évidence, et cela est tout à fait déconcertant, la SSR agit sur le court terme et se laisse guider par une pusillanimité manifeste. Au lieu de se défendre politiquement et juridiquement contre des pertes de recettes décidées par des tiers, la direction de l’entreprise a préféré faire porter au personnel les conséquences de la problématique liée à la TVA. Nous aurions souhaité que la SSR réponde à cette problématique par une baisse de ses fonds propres ou une augmentation de son endettement, jusqu’à ce que son financement selon le nouveau système de redevances soit clair. L’analyse financière de la SSR réalisée par l’économiste en chef de l’USS, Daniel Lampart, a fait apparaître que la SSR jouit d’une base financière solide et aurait pu mettre en œuvre sans dommage les propositions du SSM. Nous n’avons reçu aucune réponse à cette proposition. La SSR a au contraire préféré s’en tenir à ses indicateurs financiers solides plutôt que de protéger son personnel.

Nous sommes également frappés de constater que la SSR ne dit mot sur la contribution des cadres aux mesures d’économie. Lors de la procédure de consultation, nous avions suggéré par exemple que l’employeur renonce à l’assurance de prévoyance professionnelle spéciale pour les cadres. Une telle mesure s’impose dans la mesure où les cadres ne doivent désormais plus prendre leur retraite à 62 ans au plus tard et qu’une telle assurance devient dès lors superflue. Nous demandons donc à la SSR de communiquer au personnel si elle a résilié ou non cette assurance spécifique pour les cadres et quelle est en général la contribution financière des cadres aux mesures d’économie.

A ce jour, les licenciements n’ont pas encore été prononcés. Nous demandons donc à la SSR de reconsidérer ses décisions, d’analyser une nouvelle fois la situation et de réduire notablement l’ampleur des suppressions de postes prévues. La SSR respectera ainsi non seulement le principe établi dans le plan social en vertu duquel il faut éviter autant que possible les licenciements, mais enverra également un message important au personnel dans la perspective du débat qui se profile autour du service public dans le domaine des médias.

Dans l’attente de votre prise de position, nous vous prions d’agréer, Messieurs, nos salutations distinguées.

Ruedi Bruderer, président central / Stephan Ruppen, secrétaire central

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Publications

Edito
 Magazine des médias

Chercher