Du respect pour les femmes : augmenter les salaires, pas l’âge de la retraite !

© Lucas Dubuis für den SGB

Appel à la mobilisation pour le 14 juin 2022

La mobilisation pour la journée de Grève féministe du 14 juin 2022 a commencé. Sur la Place fédérale, quatre femmes présentent un appel à la mobilisation et leurs revendications d’une véritable égalité ainsi que d’un plus grand respect pour leur travail. En ce début de session parlementaire, les femmes syndicalistes rappellent qu’il n’y a quasiment eu aucun progrès depuis la Grève des femmes* de 2019. Au contraire, la discrimination salariale entre hommes et femmes persiste et l’écart de rente des femmes reste choquant. Des actions et des manifestations sont par conséquent prévues le 14 juin 2022 dans toute la Suisse.

(USS) Le droit de vote des femmes a 50 ans en Suisse. À l’époque, promesse leur avait été faite qu’elles pourraient vivre de l’AVS à l’âge de la retraite – engagement qui n’est toujours pas tenu. Le Conseil fédéral et le Parlement ferment les yeux sur ce problème. Aussi, quatre femmes syndicalistes expriment-elles aujourd’hui leur frustration directement devant le Palais fédéral.

Ursula Mattmann, retraitée, est formelle : « Nous, les femmes, recevons en moyenne un tiers de rente en moins. Je me demande de quoi il nous faudra bien vivre. Ça ne peut pas continuer ainsi : il faut non pas diminuer les rentes, mais les augmenter ! ». Se trouvant, elle, au début de son parcours professionnel, Elena Marti, éducatrice de l’enfance, est également déçue : « Les femmes continuent de gagner trop peu et d’avoir de médiocres conditions de travail. On est encore bien loin de l’égalité effective. Il est temps de témoigner davantage de respect à notre travail.»

Marie-Odile Heim, infirmière, dénonce ses horaires de travail irréguliers et la pénibilité physique de sa profession. « À cela s’ajoute la majeure partie du travail de soins non rémunéré : de nombreuses femmes sont déjà épuisées à 60 ans. Il est impossible de continuer jusqu’à 65 ans, voire 66 ou 67 ans. » La seule pensée des projets de démantèlement social en discussion au Parlement fait s’étrangler de rage Clotilde Pinto, vendeuse : « Nos rentes sont déjà trop basses aujourd’hui ! La retraite anticipée est un luxe que nous ne pouvons pas nous offrir comme nos chefs. Les réductions de rentes prévues sont un véritable affront fait aux femmes. »

Les femmes concernées exigent davantage de respect pour leur travail. Il faut augmenter les salaires, pas l’âge de la retraite. Le 14 juin, les femmes demanderont des rentes suffisantes pour vivre, en lieu et place du relèvement de l’âge de la retraite des femmes. L’heure est à une véritable égalité, au niveau des salaires et du travail non rémunéré.

Un aperçu des actions organisées et des précisions sur la journée du 14 juin sont publiés sous :

www.14juin.ch

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Chercher