Communiqué de presse du ssm: la SSR et ses projets de réforme

40 postes à temps plein supprimés, une réintégration et une externalisation
Le SSM demande une Convention collective de travail (CCT) pour tous

Il y a 20 ans, la SSR externalisait le centre de production technique de SRF et créait ainsi le tpc. Elle vient de décider de le réintégrer à SRF. Parallèlement, la SSR entend créer un nouveau centre de compétence numérique qui sera placé sous la direction de SWISS TXT SA. L’opération s’accompagne de la suppression d’une quarantaine de postes. Le Syndicat suisse des mass media (SSM) déplore cette politique erratique des responsables de la SSR menée sur le dos du personnel.

Déplacements, regroupements, externalisations, réintégrations, restructurations et autres opérations de management insondables. C’est en cela que consiste principalement le programme actuel de réformes et d’économies de la SSR, sans qu’en soient connus, ne serait-ce que sommairement, les détails de la mise en œuvre et les conséquences pratiques. Cela est d’autant plus choquant que c’est une fois encore le personnel qui va payer le prix des décisions des cadres de la SSR qui se comportent comme s’ils déplaçaient des personnages dans un jeu vidéo.

Prenant le prétexte de la victoire du 4 mars 2018 dans la votation sur No Billag, la nouvelle Direction de la SSR semble croire que tout lui est permis. Les avis peuvent certes diverger sur l’opportunité de réintégrer le tpc à SRF. Au moins, il semble que cette opération n’affectera pas les conditions de travail du personnel concerné. De même, la constitution du nouveau centre de compétence numérique SWISS TXT ne devrait pas entraîner de détérioration des conditions de travail. La SSR a promis en effet que le personnel de ce centre de compétence sera soumis à la CCT de la SSR. Nous la prenons donc au mot et veillerons à cet élargissement du champ d’application de la Convention collective de travail.

Dans le même temps, la SSR a annoncé son intention de supprimer 40 postes à plein temps, ceci alors que la charge de travail ne cesse d’augmenter. Pour le SSM, il est scandaleux que le personnel paie le prix de cette opération de restructuration et réintégration. Le syndicat se battra pour que la procédure de consultation ne soit pas une simple opération cosmétique et soutiendra le personnel pour réduire au minimum les licenciements annoncés. Mais il faut pour cela que la SSR soit disposée à mener une consultation en toute transparence et en coopération avec le personnel.

Il est grand temps que la SSR renoue avec ses valeurs et s’interroge sur ce qui fait une entreprise de service public, financée essentiellement par des fonds publics. Car si quelqu’un a gagné contre l’initiative No Billag l’année passée, ce n’est certainement pas la direction inconséquente de la SSR, mais l’ensemble du personnel de la SSR.

 

 

 

 Lasciare un commento

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Altre lingue

Rumantsch

English 

Pubblicazioni

Edito (tedesco)
Edito (francese)

Ricerca