Un menu de noël indigeste

Noël approche, mais le personnel de la SSR n’a pas grand-chose à fêter. Les fusions d’entreprises et autres mesures d’épargnes entrent dans leur phase de mise en œuvre en 2010. Elles exigent un plan social digne de ce nom pour amortir les conséquences des licenciements. Une négociation entre les partenaires sociaux commencera par un round de deux jours, les 22 et 23 décembre.

Pas de restrictions d’accès aux prestations du plan social

Le SSM a déjà dit tout le mal qu’il pensait du projet de « Directives de transfert et plan social » de la SSR. Les nombreuses dispositions stipulant l’« acceptabilité » de diverses détériorations contractuelles sont particulièrement infâmes. En effet, selon la SSR, une réduction du taux d’occupation jusqu’à 25% ou une baisse de salaire de 20% seraient « acceptables ». Qui plus est, une personne qui refuserait la réduction et serait licenciée pour cette raison n’aurait aucun droit aux prestations du plan social. Le SSM exclut de cautionner ce type d’accord.

Baisse de la courbe des salaires – un cheval de Troie

La diminution unilatérale de la courbe salariale par la SSR est une brèche aux conséquences néfastes pour le personnel. Lorsque la courbe salariale baisse, le potentiel de salaire se réduit de milliers de francs par année pour les personnes qui n’ont pas encore atteint le maximum. De plus, la baisse de la courbe aurait pour effet de diminuer les indemnités prévues par le plan social. Autrement dit, sans garantie de la SSR concernant les courbes de salaires, la négociation du plan social ne peut qu’échouer.

Mesures salariales 2010 : pas de place pour des augmentations de salaires

Invoquant la difficile situation économique de la SSR en période de crise (art. 6.2 CCT), le Conseil d’administration a décidé un gel des salaires et a confirmé cette décision lors des négociations salariales annuelles. Tous les salaires fixes seront gelés au niveau de 2009. Ce qui n’empêche pas la SSR de continuer à verser des « susucres » individuels (primes). Les cadres auront naturellement droit intégralement à leur part variable.

Entre-temps, l’annonce des besoins financiers de la SSR a été faite auprès du Conseil fédéral. Selon la SSR, sans augmentation de la redevance, 54 millions de francs manqueraient pour la période 2011 à 2014.

 

 

 Lasciare un commento

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Altre lingue

Rumantsch

English 

Pubblicazioni

Edito (tedesco)
Edito (francese)

Ricerca