Une situation sans précédent

Une situation sans précédent

Tout d’abord, nous espérons que vous allez bien !
Nous voulons vous exprimer notre solidarité dans cette période extraordinaire. Chacun/e d’entre vous apporte une contribution précieuse à la mission du service public audiovisuel, et cela quelle que soit votre situation actuelle. Sur le terrain, pour fournir à la population l’information cruciale sur laquelle elle compte; En mode télétravail, pour produire ou pour assurer le suivi des dossiers; En congé forcé, pour protéger votre santé ou celle des autres, parfois en attente de moyens pour apporter votre contribution à votre tour.

Et bien sûr , nous avons une pensée particulière pour celles et ceux qui sont en isolement ou en convalescence après avoir contracté la maladie.

Dans cette situation inédite, personne ne doit se sentir inutile ou culpabiliser d’être momentanément sous-utilisé. Rester chez soi, c’est aider les autres, en particulier celles et ceux qui doivent être présent-e-s dans les studios. Pour les personnes dont l’activité le permet, le télétravail est loin d’être synonyme de baisse de régime. Enfin, parmi les personnes contraintes de diminuer le rythme, il en est qui seront peut-être appelées un moment donné à venir en renfort aux collègues qui sont sur le terrain.

Seules les activités essentielles doivent être maintenues

A l’instar des autres syndicats, le SSM demande que toutes les activités effectuées sur les lieux de travail qui ne sont pas indispensables à la population dans cette période de crise sanitaire soient mises sur pause afin de protéger les travailleurs et travailleuses.

Le SSM salue le fait que la SSR ait largement réduit ses programmes pour se concentrer sur l’Actualité. Ne doivent être maintenus sur le terrain que les professionnel·le·s absolument indispensables et qui ne peuvent en aucun cas réaliser leurs interventions à distance.

Des contacts réguliers entre le SSM et la SSR dans toutes les régions

Le secrétariat central du SSM et les secrétariats régionaux entretiennent des contacts réguliers, quasiment quotidiens, avec la direction de la SSR et les directions régionales. Votre syndicat reste actif et accessible dans toutes les régions.
Depuis deux semaines, le secrétariat régional romand effectue un travail de suivi des conditions de travail sur le terrain, que ce soit pour vérifier auprès des équipes le respect des prescriptions de l’OFSP ou pour répondre à vos questions concernant la gestion du temps de travail dans cette période très particulière.
Vous pouvez nous contacter à l’adresse info[a]ssm-romand.ch.

Le SSM reconnaît les efforts déployés par la SSR pour répondre sans complication aux défis inattendus tout en protégeant le personnel. Néanmoins, des questions se posent du point de vue des salarié·e·s, notamment en ce qui concerne la directive « Coronavirus : temps de travail ». Le SSM a transmis sa position à la SSR et la discussion est en cours.

Directive SSR « coronavirus : temps de travail »

« Congé payé coronavirus »
Le SSM salue l’introduction du « congé payé coronavirus », qui permet de garantir son taux d’activité contractuel à chaque employé-e qui ne peut travailler ni sur son lieu de travail, ni à distance.

Ce que vous devez savoir également :

  • Fondamentalement, la SSR assume le risque d’entreprise, ce qui signifie que le personnel ne doit pas porter les conséquences de cette baisse drastique de l’activité.
  • L’employeur peut « récupérer » une partie des heures perdues en raison de la baisse d’activité. Les modalités qui ne sont pas soumises à l’accord de la personne sont limitées.
  • Font partie de ces possibilités :
    – les vacances non prises des années précédentes (ce que la SSR nomme
      les « crédits de vacances ») ;
    – la possibilité de noter (pour le personnel à plein temps) des heures en
      moins qui seront à travailler ultérieurement, jusqu’à un plafond de 40h
      (voir l’article 30 CCT) ;
    – la compensation des bonus-temps pour le travail de nuit et le travail
      supplémentaire (plus de 50h hebdomadaires), selon l’article 31 CCT.
  • Le Compte Epargne Temps (CET) ne peut être utilisé qu’avec votre accord, tout comme la conversion en temps du 13e salaire, du forfait B prime ou de la prime de fidélité.
  • Dans le cadre de l’annualisation du temps de travail, il est possible de jouer sur les soldes flexibles positifs éventuels constitués en début d’année. Toutefois, une compensation d’heures supplémentaires doit faire l’objet d’une concertation avec la personne concernée.
  • Votre employeur ne peut pas vous imposer des vacances, en revanche il peut exiger la prise de celles qui sont déjà planifiées. Le SSM a demandé à la SSR de faire preuve de souplesse pour permettre dans la mesure du possible le report de vacances en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus.
  • Pour tout le reste (conversions en temps déjà demandées, article 44, planification en l’absence d’accord de planification spécifique, etc.), une discussion devra avoir lieu, de cas en cas, avec la personne concernée.

 

Aucune pression sur le personnel

Plusieurs des mesures susmentionnées nécessitent l’accord des personnes concernées. Le SSM demande à la SSR, et en particulier à l’encadrement, de s’engager à n’exercer aucune pression sur les employé·e·s et de respecter le principe du volontariat. Si vous deviez avoir d’autres expériences, informez-nous sans tarder !

Personnel planifié ayant un revenu irrégulier (« CCT variable » ex-tpc) et personnel rémunéré à l’heure

Divers secteurs de la SSR sont confrontés à des défaillances massives. De nombreux événements culturels et sportifs sont annulés. La situation des anciens employés du tpc bénéficiant d’un contrat « CCT variable » et celle du personnel rémunéré à l’heure sont particulièrement précaires. Avec la perte de mandats et des revenus liés, ces collègues supportent actuellement le risque entrepreneurial de SRF à grande échelle. Dans certains cas, ils sont même menacés dans leur existence matérielle.
Du point de vue du SSM, l’égalité de traitement avec l’ensemble du personnel SSR prévaut et l’employeur doit assumer le risque d’entreprise également pour ces collègues, en prenant en charge les salaires correspondant au volume d’engagement garanti, afin de ne pas les priver de leurs moyens de subsistance. Nous avons donc demandé à la SSR et à ses unités d’entreprise d’agir immédiatement pour assurer les salaires de cette catégorie de personnel.

Personnel externe et temporaire

Les moyens de subsistance du personnel « externe » et temporaire sont également fortement menacés par la situation actuelle. Malgré l’absence de relation contractuelle directe avec l’entreprise, ces collègues contribuent pleinement à la mission de service public de la SSR.
C’est pourquoi le SSM a demandé à la SSR d’observer les conditions réservées au personnel des entreprises tierces qu’elle mandate et de sensibiliser leurs employeurs à leurs obligations contractuelles et morales. En ce qui concerne le personnel temporaire, il faut veiller à ce que les jours convenus contractuellement soient garantis, même pendant la crise.

Votre syndicat vous remercie de votre confiance et vous exprime encore une fois sa solidarité dans cette période extraordinaire. Le SSM reste actif et atteignable partout.

Genève, Lausanne et Zurich, le 27 mars 2020
Le secrétariat central et votre secrétariat régional romand

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Chercher