Début des négociations CCT en période de tempête

Le Syndicat suisse des mass media (SSM) a adopté, lors de sa Conférence professionnelle, les grandes lignes de sa stratégie pour les prochaines négociations CCT avec la SSR. Il met l’accent sur des salaires équitables, la protection de la santé et la lutte contre le dumping. Les délégué·e·s à la Conférence professionnelle ont également exprimé leur profond mécontentement à l’égard de la manière dont la SSR traite son personnel.

La Convention collective de travail actuelle expire fin 2020 et les négociations pour une nouvelle CCT débuteront le 3 décembre. La Conférence professionnelle a permis aux délégué·e·s de définir leurs priorités. « Une meilleure application de la CCT sera un axe central pour le SSM » a expliqué Jérôme Hayoz, secrétaire central du SSM. « La SSR contourne et interprète souvent la CCT comme elle l’entend. Nous recevons de plus en plus de plaintes concernant des violations du contrat collectif ». Non seulement certaines dispositions de la CCT et des règlements qui en dépendent sont formulées de manière trop floue et sont souvent interprétées par la SSR au détriment du personnel, mais les procédures arbitrales sont aussi très longues. Il importe donc de clarifier les choses.

Critiques à l’égard de la politique salariale de la SSR
Le système salarial déréglementé de la SSR et ses conséquences est un autre thème que le SSM abordera lors des négociations. Non seulement on assiste à une stagnation préoccupante de tous les salaires, mais les personnes engagées ces dernières années, en majorité des jeunes, font particulièrement les frais des mesures d’économie à répétition de la SSR. Les délégué-e-s à la Conférence professionnelle ont témoigné de leur réalité : salaire d’engagement très bas assorti de promesses non tenues, progression en panne, augmentations de salaire arbitraires, salaire de référence toujours pas atteint après des décennies de service à la SSR, même au moment de partir en retraite.
Les représentant-e-s du personnel exigent un système salarial plus juste, qui donne de réelles perspectives de développement salarial. Pour appuyer cette revendication, les collègues de Suisse romande ont lancé une pétition que les délégué·e·s à la Conférence professionnelle ont décidé de soutenir. La pétition circulera donc également en Suisse alémanique et en Suisse italienne. Des informations suivront.

Préoccupation pour la santé du personnel
« Les rythmes de travail ne cessent d’augmenter et il faut faire de plus en plus avec de moins en moins de temps » a estimé une déléguée. Les signaux sont au rouge dans toutes les régions et dans tous les studios. La protection de la santé sera donc un autre axe prioritaire de ces négociations. Les horaires de travail sont un élément déterminant pour la protection de la santé. Or, de l’avis des délégué·e·s, ils sont excessivement déréglementés dans de nombreux domaines. Cela doit changer car ce n’est qu’à cette condition que la SSR pourra produire des contenus de qualité.

Indignation au sujet des conditions faites aux « faux indépendants »
Les collègues des régions signalent de plus en plus de cas de salarié-e-s en contrat temporaire, contraints de créer leur propre entreprise pour travailler pour la SSR en tant qu’indépendants. La SSR contourne ainsi son obligation de leur proposer un contrat de travail à durée indéterminée conformément à la CCT. La Conférence professionnelle condamne fermement cette pratique. Il n’est pas acceptable qu’une entreprise de service public se livre à un tel dumping et favorise ainsi activement des rapports de travail précaires. La politique d’entreprise à l’égard du personnel temporaire et freelance et le respect des dispositions concernant le champ d’application de la CCT (autrement dit, qui y a droit) sera également au menu des négociations, tout comme la question des droits d’auteurs.

Des économies uniquement sur le dos du personnel ?
Centrée sur les prochaines négociations CCT, la Conférence professionnelle a également été l’occasion pour les délégué·e·s d’exprimer leurs préoccupations face aux nouvelles mesures d’économie engagées par la SSR. Pour une partie du personnel, la direction choisie par l’entreprise est incompréhensible. Les fonctions d’état-major et de coordination se multiplient alors que dans le même temps la SSR fait des économies au niveau du programme et de la technique. Il n’est pas acceptable que les mesures de réduction budgétaire soient exclusivement supportées par les salarié·e·s.

Une stratégie immobilière très discutable
La stratégie immobilière de la SSR a suscité l’indignation des délégué·e·s du SSM. « On ne comprend pas que la SSR injecte des millions dans des projets immobiliers prestigieux tout en faisant des économies au niveau du personnel » a résumé Jérôme Hayoz, le secrétaire central du SSM. En Suisse romande, le projet Campus EPFL suscite un vif mécontentement et en Suisse alémanique le projet de transfert de Berne à Zurich d’une partie du studio radio demeure très controversé. S’y ajoutent les multiples questions que posent plusieurs projets immobiliers, en particulier les millions dépensés dans la newsroom de Leutschenbach. La Conférence professionnelle du SSM a confirmé la lutte contre les dépenses exorbitantes prévues dans le secteur immobilier au détriment du cœur d’activité de la SSR.

Il y a beaucoup à faire
La Conférence professionnelle a défini les axes principaux des négociations pour la CCT SSR 21+. Les négociations se dérouleront dans un contexte particulièrement agité mais l’objectif est simple et clair : replacer les salarié·e·s au centre de la relation de travail, reconnaitre la valeur de leur travail, protéger leur santé, combattre les pressions démesurées, valoriser l’ensemble du personnel.

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Chercher