Le Syndicat suisse des mass media réuni en assemblée des délégués le 5 juin 2015 à Zurich

Votation sur la loi sur la radio et la télévision du 14 juin 2015 : Un OUI qui s’impose

Le OUI unanime de l’assemblée des délégués à la nouvelle LRTV et donc au nouveau système de redevances tient à une raison toute simple : la nouvelle loi n’apporte que des avantages. Le niveau de la redevance baissera, plus de 80% des entreprises ne paieront plus aucune redevance ou une redevance inférieure au niveau actuel. Par ailleurs, les chaînes privées de radio et de télévision toucheront désormais jusqu’à 27 millions de francs de plus du splitting de la redevance, sans oublier que les désagréments causés par les contrôles de Billag n’auront plus de raison d’être.

Dire OUI à la nouvelle LRTV, c’est aussi rejeter clairement la campagne brutale et particulièrement déloyale menée par l’USAM dont le président a pris la tête d’une offensive haineuse sans précédent contre la SSR.

Flexi-mobilité : il faut des règles

Le télétravail n’est en soi ni bon ni mauvais. Ce qui est décisif, c’est bien plus de savoir quelles sont les règles du jeu qui s’y appliquent. La flexi-mobilité, autrement dit le télétravail, donne plus d’autonomie, permet d’économiser des temps de déplacement, de travailler de manière plus indépendante et plus économique. Mais, le télétravail fait également courir le risque d’isolement social et professionnel, d’effacement des frontières entre vie privée et vie professionnelle, d’auto-exploitation, de surcharge volontaire ou encore d’absence d’échanges au sein de l’équipe.

Les risques liés à la flexi-mobilité sont particulièrement présents dans les chaînes privées de radio et de télévision dont les conditions de travail ne sont généralement pas régies par des contrats collectifs de travail (CCT). Si l’on veut éviter d’ouvrir de manière incontrôlée la porte aux abus, il faut que les partenaires sociaux règlent le télétravail dans une CCT ou dans les contrats d’entreprise.

Pour les résolutions adoptées par l’assemblée des délégués, voir ici.

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Publications

Edito
 Magazine des médias

Chercher