Des dirigeants SSR sans limites

Lors de sa séance du 27 novembre, le Comité national a exprimé sa préoccupation à l’égard de la précipitation croissante qui marque le déroulement des projets de la SSR. Les dirigeants dont le départ est imminent semblent miser entièrement sur la possibilité d’imposer leurs ambitieux projets.

Convergence : prétexte à une baisse des salaires

Malgré les nombres appels syndicaux, politiques et du personnel lui-même à ralentir le processus au profit d’une plus grande transparence, de conditions susceptibles de convaincre ou d’une analyse de la nécessité de la convergence, le TGV de la convergence poursuit son chemin comme si de rien n’était. Plus grave encore : sous le prétexte de la convergence, la SSR veut introduire un nouveau système salarial sans garantir que les courbes salariales actuelles ne seront pas diminuées.

Directives de transfert de la SSR : Diminution de salaire – recul de la fonction – allongement du temps de déplacement

Nous l’avons déjà dit clairement, mais nous le répétons une fois de plus : La proposition de directive de transfert de la SSR est irrespectueuse et non professionnelle.

Irrespectueuse, parce qu’elle tente de démonter des dispositions CCT garanties contractuellement, en faisant entrevoir une diminution de salaire, une fonction plus basse ou des temps de déplacement inacceptables. Non professionnelle, parce qu’elle contient des erreurs d’interprétation d’articles de la CCT.

Baisse de la courbe salariale : une razzia sur les salaires

Au Tessin, la SSR a diminué, dans un acte de pur arbitraire, la courbe salariale en vigueur depuis 2000. Du coup, pratiquement tous les collaborateurs en CCT perdent la perspective salariale qu’ils pouvaient espérer lors de leur engagement. Pour les plus bas salaires, la perte s’élève à des milliers de francs. En revanche, les cadres en profitent. Comme la SSR refuse de revenir en arrière sur la baisse de la courbe, une manœuvre semblable menace également les autres unités d’entreprise – peut-être immédiatement après la négociation d’une directive de transfert.

Une fois encore, le SSM va devoir faire appel à un coûteux tribunal arbitral sur cette affaire. Reste une question décisive, toujours d’actualité : pourquoi les collaboratrices et collaborateurs devraient-ils s’en tenir à respecter la CCT comme des agneaux alors que l’employeur montre comment s’y prendre pour faire autrement ?

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Publications

Edito
 Magazine des médias

Chercher