Mesures d’économie: le credo contestable de la SSR

Le culte du bénéfice

La SSR aime à profiter du creux estival pour communiquer de mauvaises nouvelles. Ainsi cette année, c’est un train de mesures d’économies préventives de 20 millions de francs qu’elle nous annonce.

Mais, se demande à juste titre le personnel, après toutes les coupes budgétaires des années précédentes, où va-t-on encore trouver 20 millions à économiser ? Et pourquoi la SSR ne cesse-t-elle de pratiquer le culte du bénéfice avant tout ? Les coupes budgétaires successives et le gel des engagements sont-ils vraiment le bon moyen pour compenser les éventuelles baisses des recettes de la publicité et du sponsoring ?

A quoi servent donc les réserves ?

Une politique financière qui se contente d’appuyer sur le frein aux dépenses à chaque recul des indicateurs économiques, sans tenir compte de l’impact de ces mesures sur la production et le personnel, est plus que contestable. Ce n’est en effet un secret pour personne que les recettes commerciales de la SSR, de l’ordre de plusieurs dizaines de millions de francs, subissent de fortes variations d’une année à l’autre. Au cours des quatre dernières années, elles ont fluctué dans une fourchette de 40 millions de francs. Comme la SSR dispose de réserves, il serait préférable de les utiliser plutôt que d’anticiper un recul des recettes commerciales par des coupes budgétaires.

Information lacunaire

Le communiqué publié le 27 juillet par la SSR est particulièrement aride et technocratique. Et, une fois de plus, la SSR n’a pas respecté son devoir contractuel d’informer en temps utile le syndicat (art. 59 CCT). Le SSM demande donc à la SSR de revoir sa décision d’économie et de l’informer à l’avenir conformément aux dispositions contractuelles.

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Chercher