Le SSM doit stopper le démantèlement des barèmes salariaux

Prétextant la nécessité d’harmoniser les courbes salariales des unités d’entreprises fusionnées et d’adapter ces courbes aux « valeurs régionales du marché du travail », la SSR est en train de mettre en œuvre, sans l’accord du SSM, une politique de baisse des salaires de référence. Le comité national du SSM constate qu’en agissant ainsi, non seulement l’employeur ne respecte pas ses engagements, mais il remet en question le fondement principal du contrat collectif de travail : le salaire minimum. Par conséquent, le comité national a décidé de tout mettre en œuvre pour ramener la SSR à une position respectueuse du partenariat social, c’est-à-dire l’amener à négocier les barèmes salariaux, ce qui est d’ailleurs l’usage dans les autres conventions collectives de Suisse. Pour y parvenir, le SSM a d’ores et déjà planifié plusieurs procédures d’arbitrage et entend mobiliser le personnel autour de cette question essentielle.

Le 1er avril 2010, les délégations du SSM et de la direction générale de la SSR se sont rencontrées pour examiner les multiples problèmes d’application non résolus de la CCT. Il s’agit notamment :

– des articles sur le temps de travail et du décompte de fin d’année

– du modèle de compensation des pertes sur indemnités

– du remboursement des frais de déplacement en cas de travail de nuit

Le SSM a proposé une solution globale avantageuse pour la SSR, mais à la condition qu’elle respecte sont engagement pris en 2007 de ne pas modifier unilatéralement les barèmes salariaux en vigueur. La SSR devra donc restaurer la courbe salariale de la Radiotélévision Suisse de Langue Italienne (RSI), qu’elle a abaissée de 10% sans l’accord du syndicat.

Résister à l’éclatement de la SSR

La mise en œuvre du projet Convergence et Efficience (CO-EFF) prévoit des développements différents suivant les régions. En suisse alémanique, il est prévu de transférer du personnel SSR au centre de production TV basé à Zürich (TPC). Le SSM doit s’opposer à cette migration de personnel vers une filiale privatisée de la SSR car elle présente un risque évident de démantèlement du contrat collectif de travail.

Référendum contre la révision de l’assurance chômage

La révision prévoit une forte détérioration des prestations (particulièrement pour les jeunes et les plus de 55 ans) et la déqualification des jeunes chômeurs via l’obligation d’accepter n’importe quel travail. Elle aurait pour conséquence de pousser les chômeurs dans le filet de l’aide sociale cantonale. Le SSM invite le personnel de la SSR à signer ce référendum.

 

 

 Contribuer

Ihr Kommentar

Bitte füllen Sie alle Felder aus.
Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

 

FacebookTwitter
Menü

Autres langues

Rumantsch

English 

Publications

Edito
 Magazine des médias

Chercher